fut un hameau du Vercors, qui se situait à côté de Villard de Lans, et

au-dessus des gorges de la Bourne.

 

IMG_0609

Avant la Seconde Guerre mondiale, ce hameau faisait beaucoup de commerce

 avec les villages voisins. Au moment du conflit, le hameau était occupé seulement l'été par

les agriculteurs et leurs troupeaux.

IMG_0623

Au début de l'été 44, Valchevrière servait de camp aux maquisards commandés par

le lieutenant Chabal, lui-même placé sous l'autorité du capitaine Goderville

(de son vrai nom Jean Prévost, écrivain et journaliste réputé, un des rares intellectuels

français à avoir pris les armes contre l'occupant nazi).

 

IMG_0625

C'est lors de la vaste attaque allemande des 22 et 23 juillet 1944, que ce village fut détruit

par les Allemands. Sur le belvédère qui domine le village, le lieutenant Chabal et ses hommes

se sont sacrifiés pour retarder l'avance ennemie et sont morts les armes à la main.

Aujourd'hui, les ruines du hameau ont été débroussaillées et consolidées afin de permettre un cheminement de mémoire particulièrement émouvant. La chapelle au bas du village est le seul bâtiment ayant échappé à la destruction

IMG_0626

Les maisons furent ensuite incendiées. Le village est resté en l'état, avec ses poutres

calcinées, ses pierres à nu et noircies.

IMG_0624

Après la bataille de Valchevrière, le Vercors est à genoux. Huet, alias Hervieux, dernier chef

de ce maquis, donne l'ordre de dispersion. Le 27, l'ennemi ratisse le massif et extermine

les « terroristes ». Les rescapés tenteront de s'échapper par les forêts, notamment celle de Lente.

Valchevrière est un des symboles de l'héroïsme des résistants français.

 

IMG_0627

IMG_0629

IMG_0630

IMG_0631

Aujourd'hui, les ruines du hameau ont été débroussaillées et consolidées afin de permettre

un cheminement de mémoire particulièrement émouvant.

La chapelle au bas du village est le seul bâtiment ayant échappé à la destruction

IMG_0632

IMG_0633

IMG_0634

IMG_0635

IMG_0637

IMG_0646

 

diaporama musical sur valchevrière

on écoute et on regarde